L'industrie en 2008

Une année très particulière

L'année 2008 a été marquée par de très fortes fluctuations des prix des énergies fossiles et singulièrement ceux du pétrole. Au début de l'année, le baril s'échangeait aux alentours de 100$, les cours ont continué à grimper pour culminer à 145 $ début juillet avant de s'effondrer dans le sillage de la crise financière qui a frappé le monde entier dès l'automne. A la fin de l'année, le pétrole brut ne valait plus que 34 $ / baril.

industrie2008.png

Evolution des cours du pétrole brut depuis 1998

Ces variations impressionnantes et les conséquences économiques de la crise financière ont bien sûr eu des répercussions considérables sur l'activité industrielle wallonne et sur ses consommations énergétiques. Si des secteurs industriels tels que la sidérurgie ont pratiquement été mis à l'arrêt au dernier trimestre de l'année, les chiffres annuels ne montrent pas encore cette chute brutale dans la mesure où la première partie de l'année a connu une activité économique encore très soutenue.

En d'autre mots, on peut dire que l'année 2008 a été caractérisée par une activité industrielle vigoureuse durant les 6 premiers mois de l'année et par son effondrement dès l'automne.

L'industrie en pleine mutation

Au-delà des phénomènes très particuliers de cette année 2008, il faut rappeler que le bilan énergétique wallon reste encore à ce jour caractérisé par une très forte présence de l'industrie. En 2008, elle représente 43% du total des consommations wallonnes contre 52% en 1990.

Ce poids considérable est à attribuer à la présence sur le territoire régional d'une série de grosses entreprises de fabrication de demi-produits particulièrement énergivores telles que la  sidérurgie. Ce secteur est en repli régulier depuis de nombreuses années même si la consommation de 2008 est en hausse de 9 % par rapport à 2007. En 1990, la sidérurgie consommait à elle seule près de la moitié de l'industrie wallonne (soit près du quart du total wallon) mais cette part est retombée à 36% en 2008 suite à la fermeture de plusieurs hauts-fourneaux au cours de ces quinze dernières années.

industrie2008-2.jpg

Structurellement, la sidérurgie cède donc le pas à d'autres secteurs industriels comme l'alimentation et certaines branches de la chimie dont la pharmacie. Ces secteurs en plein développement sont créateurs d'emplois et nettement moins consommateurs d'énergie.

Par ailleurs, le bilan énergétique de l'industrie wallonne est également orienté à la baisse du fait de la mise en œuvre des accords de branche. Il s'agit d'accords volontaires signés par la plupart des secteurs industriels avec les autorités wallonnes et qui ont pour but d'améliorer l'efficacité énergétique des procédés de fabrication.

Suite à ces évolutions en sens divers, l'industrie wallonne a consommé 65 TWh en 2008. Ce chiffre indique une stabilisation par rapport au niveau de 2007 après 6 années de baisse continuelle. En 1990, la consommation industrielle wallonne atteignait 76 TWh. 

Contact

M. Hugues Nollevaux

081/48.63.39
081/48.63.03

Département de l'Energie et du Bâtiment durable

Le Département de l'Energie et du Bâtiment durable fait partie de la Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie (DGO4) du Service public Wallonie.

Rue des Brigades d'Irlande, 1, 5100 JAMBES , Belgique