Le transport en 2007

Un secteur dominé par le pétrole

Partout dans le monde, le secteur des transports connaît une croissance phénoménale. La Wallonie ne fait pas exception à la règle. Les transports représentent dorénavant 24% de la consommation finale totale en Wallonie. De tous les secteurs, c'est celui qui présente les évolutions les plus marquées et ce au moins depuis le début des années 80 (cfr Figure 1).

Seuls deux épisodes de fortes hausses des cours du pétrole ont réussi à calmer quelque peu sa soif énergétique, entre 1980 et 1985 à l'époque du second choc pétrolier et aussi depuis 2005, consécutivement à l'envolée des prix des carburants.

Il faut aussi rappeler, et c'est préoccupant, que de tous les secteurs consommateurs d'énergie, ce sont les transports qui sont les plus dépendants des produits pétroliers, ce sont ceux qui présentent les taux de croissance les plus impressionnants et c'est là où les possibilités de substitution, de remplacement d'une énergie par une autre, sont les plus faibles. En effet, seuls les transports ferroviaires se passent très largement de pétrole, le taux d'électrification des lignes y étant en croissance constante.

En 2007, les transports, tous modes confondus, ont ainsi englouti 36.5 TWh d'énergie finale. Après la baisse constatée en 2005 et 2006, les chiffres sont donc repartis à la hausse puisqu'ils sont en progrès de près de 2% par rapport à 2006 et de 37% par rapport à 1990.

Transport 07 - graph 1Il faut aussi noter la progression spectaculaire du transport aérien depuis la fin des années nonante suite au développement des deux aéroports régionaux de Liège et Charleroi. C'est d'ailleurs uniquement du fait de la très forte augmentation des consommations aériennes que la part des transports routiers est redescendue 90% du total en 2007 alors qu'elle était de 94% en 1990.

Le trafic se porte bien, merci pour lui

Si les consommations du transport routier ont marqué le pas en 2005 et 2006, on ne peut certainement pas en dire autant du trafic routier. Celui-ci connaît en effet une croissance ininterrompue depuis 1985, première année pour laquelle nous disposions de ce genre de renseignements. La croissance est d'ailleurs bien plus forte en Wallonie que dans les deux autres régions du pays. Il semble qu'on ait déjà pu y observer des phénomènes de congestion tels que le nombre de véhicules en mouvement ne puisse plus y être augmenté.

Transport 07 - graph 2On peut s'étonner de ce que le trafic continue sa progression alors que les consommations ont baissé pendant deux années consécutives. L'explication se trouve vraisemblablement dans la conjonction de plusieurs phénomènes. D'une part, le parc a tendance à se diéseliser' de plus en plus et ces motorisations sont par nature plus efficiences du point de vue des consommations. Par ailleurs, de nombreuses études le prouvent, une conduite plus souple (on parle d'écodriving) permet de diminuer sensiblement les consommations énergétiques des véhicules. Il semble donc que les fortes hausses de prix des carburants que nous avons connues ces dernières années ont incité les conducteurs à lever le pied.

A ce jour, on n'assiste en tous cas pas encore à une inversion de la tendance haussière des kilomètres parcourus par les usagers alors même qu'elle semble incontournable si on veut diminuer structurellement les consommations du transport routier et par là-même notre dépendance pétrolière et nos émissions de gaz à effet de serre.

La croissance du diesel

Nous l'avons déjà évoqué, la part du diesel dans l'ensemble des consommations du transport ne cesse de croître. En 1990, la proportion du diesel dépassait à peine la moitié du total consommé. Près de 20 ans plus tard, ce type de carburant représente plus de 80% des achats à la pompe. Le GPL (ou LPG) reste quant à lui totalement marginal. Transport 07 - graph 3

Si à l'origine, le succès du diesel est à attribuer à un régime fiscal plus favorable et à des consommations plus faibles, la poursuite de cet engouement peut aussi s'expliquer par les progrès réalisés par les constructeurs en matière de performance (reprise, confort sonore,...).

Contact

M. Hugues Nollevaux

081/48.63.39
081/48.63.03

Département de l'Energie et du Bâtiment durable

Le Département de l'Energie et du Bâtiment durable fait partie de la Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie (DGO4) du Service public Wallonie.

Rue des Brigades d'Irlande, 1, 5100 JAMBES , Belgique